Archives de catégorie : Oldies

Balade à la ferme

Dimanche 30 avril, le printemps est revenu pour la fin de la semaine. Huit Erythréens rejoignent les deux bénévoles et leurs sacs à dos pour une excursion de quelques kilomètres. Entre Echallens et Saint-Barthélémy, les participants se font guides et marchent devant, d’un si bon pas que nous arrivons à la ferme en une demi-heure environ!

Après un bonjour aux animaux, une pause pique-nique nous redonne des forces. Quoique… La digestion pourrait-elle inciter à la sieste? En tout cas, au retour, la « colonne » de marcheurs s’étend sur une bonne longueur.

A Echallens, un goûter permet d’alléger encore les sacs. Et chacun s’en va poursuivre sa digestion journée de son côté.

Merci à nos marcheurs pour leur enthousiasme!

st-barth4

st-barth2 st-barth1

Bowling et tour à la plage

Dimanche 2 avril, 10 migrants et 3 bénévoles ont partagé un repas salade à la Caza, puis sont allés disputer deux parties de bowling avant de prendre le goûter au bord du lac.
Ambiance détendue et conviviale!

20170402_142122

20170402_160211

20170402_163908

Un lundi… un mercredi soir à la Caza

Un lundi… un mercredi soir à la Caza

La Caza se dresse, fière d’accueillir, outre les jeunes d’Echallens certains jours, des migrants de l’abri PC et des bénévoles de l’AAME chaque semaine depuis 6 mois.

18h50. Pas un bruit. Un bénévole, clé en main, entre, allume, active le Wi-Fi et met en place jeux et boissons.

Une farandole de personnes souriantes arrivent, les unes armées de douceurs (qui seront vite englouties par tous, sans distinction) et les autres, heureuses et reconnaissantes de trouver un abri chaud, convivial et connecté.

La maison se met à vivre, on peut y sentir le pouls puissant, les étages bruissent de sonorités lointaines, inconnues et joyeuses. Des canapés invitent à s’y asseoir et permettent à chacun de profiter d’une trêve. Venus d’Afghanistan, d’Erythrée, de Guinée, d’Irak, de Syrie, de Libye, d’Algérie, du Maroc et de bien d’autres contrées encore, certains vont braquer leur attention sur leur portable pendant que d’autres entreront en lien avec nous, bénévoles, grâce notamment à des jeux. Mains, mimes, mimiques et français appris vaillamment aideront à installer le dialogue.

Il y a de la chaleur humaine dans les regards et les propos échangés. On écoute des questions sans réponse possible, des histoires de familles laissées au pays, des histoires d’errance, de découragement, d’épreuves nouvelles jour après jour. Mais on entend aussi la fierté de leurs origines, le fol espoir d’un futur en Europe, la forte énergie de la jeunesse.

Dans les médias, les images des réfugiés, auxquelles nous sommes quotidiennement confrontés, bouleversent et procurent un sentiment d’impuissance. Alors, pousser la porte de la Caza permet d’être dans l’action, d’apporter un peu d’aide et de réconfort, pour un temps, à ces personnes en exil.

L’enrichissement apporté par ces moments de partage est énorme, les émotions de part et d’autre réelles et profondes.

21h30-21h45. Des bruits de vaisselle, des « bonsoir, bonne nuit, à la prochaine » retentissent, des poignées de mains s’échangent. Et encore des sourires…Petit à petit, la maison se vide et la chaleur humaine emmagasinée accompagne les uns et les autres jusque dans leur foyer.

C’était un lundi… peut-être un mercredi…

 

Martine, bénévole à l’AAME

Un repas erythréen

Après trois rencontres préparatoires à la Caza, un petit groupe s’est rendu à Lausanne et Echallens pour les achats, afin de trouver le curry rouge, les lentilles rouges et surtout les injéras, galettes typiques de l’Érythrée.

Elles sont préparées avec de la farine fleur grillée et de la farine de sorgho: après mélange avec de l’eau et du levain, la pâte repose 2à 3 jours et commence à fermenter. Les galettes sont ensuite cuites dans une poêle.

La viande est assaisonnée au curry rouge local et servie sur une purée de lentilles corail, avec de la salade et des œufs.

L’équipe du jour a été très efficace et ordonnée: à 12 h 30, vingt-neuf personnes mangeaient en silence.

Merci à tout le monde pour cette journée conviviale.

Daniel

 

La préparation, un travail d’équipe:
26032017-26032017-img_1793 26032017-26032017-img_1787

26032017-26032017-img_1801 26032017-26032017-img_1794

26032017-26032017-img_1815 26032017-26032017-img_1813

La patience (en fait, plutôt un Uno) s’apprend aussi en équipe:
26032017-26032017-img_1827 26032017-26032017-img_1818

Enfin, le repas, toutes équipes confondues!
26032017-26032017-img_1846 26032017-26032017-img_1839

26032017-26032017-img_1850 26032017-26032017-img_1849

 

Un dimanche à la Caza

Dimanche 5 février 2017, nous avons ouvert la Caza pour toute la journée. Un de nos migrants a souhaité nous faire une soupe à sa façon. Il était prévu d’en faire aussi une aux légumes.

Ce fut bien sympathique de préparer ensemble la maison. Vers 11h20, les premiers gars sont arrivés, tout contents de venir se mettre au chaud et bien accueillis. Ils ont été 14 ou 15 en tout, répartis dans les deux étages. Certains ont profité de faire un petit somme au chaud.

Au menu: soupe irakienne avec tomates, oignons, ail, quelques os et un peu de viande d’agneau, pas mal d’épices. Elle avait belle allure et a vite disparu. Puis la soupe aux légumes, aussi vite avalée avec de bons morceaux de pain.

Echanges, jeux, un ou deux dessins… Le billard n’a pas désempli. Il faut dire qu’il faisait un temps gris et humide à ne pas mettre un chat dehors.

Nous nous sommes mis à faire des crêpes vers 16h30, à quatre mains. Grand succès! Il nous a fallu une dizaine d’œufs.

Une journée d’hiver cocooning, quoi!

Merci à Myriam, Ginette, Nabil et Magali.

Vieva